Les logiciels libres

Les logiciels libres

Niveau de difficulté techniqueFacile (Installer/Désinstaller)

Niveau de langue employéFacile (Pour débutant informatique)

C’est quoi ça ?

Tout d’abord, il ne faut pas confondre les logiciels libres avec les Freewares, l’open source et le Copyleft.

Logiciel libre : C’est un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication par autrui en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement, ceci afin de garantir certaines libertés induites, dont le contrôle du programme par l’utilisateur et la possibilité de partage entre individus.

Ils constituent une alternative à ceux qui ne le sont pas, qualifiés de « propriétaires » ou de « privateurs ». Ces derniers sont alors considérés par une partie de la communauté du logiciel libre comme étant l’instrument d’un pouvoir injuste, en permettant au développeur de contrôler l’utilisateur.

Freeware : Ou en mauvais Français « gratuiciel » est un logiciel gratuit propriétaire, alors qu’un libre se définit par les libertés accordées à l’utilisateur. Ils ne sont pas nécessairement libres puisque leur code source n’est pas systématiquement accessible et leur licence peut ne pas correspondre à la définition du logiciel libre.

Open source : Le logiciel libre, selon son initiateur, est un mouvement social qui repose sur les principes de « liberté, égalité, fraternité » ; l’open source quant à lui s’attache aux avantages d’une méthode de développement au travers de la réutilisation du code source.

Copyleft : C’est l’opposé du fameux Copyright. C’est l’autorisation donnée par l’auteur d’un travail soumis au droit d’auteur d’utiliser, d’étudier, de modifier et de diffuser son œuvre, dans la mesure où cette même autorisation reste préservée.

En remerciant ma source pour ces différentes définitions plutôt détaillées, cela facilite grandement mon travail qui va suivre. C’est à dire vulgariser tout ça.

Explications et vulgarisation faciles

Explications

Votre ordinateur est composé par un OS (operating system ou système d’exploitation). En date du mois de janvier 2019 : Microsoft avec Windows est installé sur plus de 86% des ordinateurs. Linux est assez statique avec 2 à 3% de présence dans le monde et le reste est grignoté par Apple.

Je parle ici des ordinateurs portables et fixes. Je ne parle ni des serveurs, ni des appareils connectés (smartphones, tablettes, divers objets connectés).

Sur cet OS – probablement Windows pour 9 des lecteurs sur 10 qui vont passer ici – Vous trouverez des logiciels déjà installés lors de l’achat de votre machine. Ce sont des propriétaires la plupart du temps et non des logiciels libres.

Par exemple, vous aurez la célèbre suite de Microsoft Office, le lecteur Windows Media, etc etc

Ces logiciels sont fournis à titre d’essai mais la suite Office n’est pas gratuite, qui plus est, c’est propriétaire. Vous ne pouvez pas l’utiliser pour en faire un quelconque commerce, vous ne pouvez pas décompiler (l’ouvrir) pour étudier les codes et comprendre son fonctionnement. Vous ne pouvez pas modifier son code afin de régler d’éventuels bugs. Et pour finir, vous ne pouvez en aucun cas l’installer sur plusieurs ordinateurs en la partageant.

Lecteur Windows Media est quant à lui peut être gratuit, mais ce n’est pas par gentillesse que Microsoft vous le fournit, c’est uniquement par soucis de qualité de service. Néanmoins, beaucoup de fichiers ne peuvent être lus par ce lecteur bas de gamme.

Vulgarisation

Appliquons cette vision virtuelle du « propriétaire » et du « libre » à la vie de tout les jours. Vous allez comprendre tout de suite ou je veux en venir avec mes histoires.

Un vieux mixeur se trouve à la maison et vous sentez qu’il est temps d’en acquérir un nouveau.

Vous achetez donc un appareil de la nouvelle génération. Super tout est parfait, les smoothies sont un délice.

Un jour, l’hélice se plie suite à on-ne-sait-quelle-manipulation. Votre ancien mixeur possède exactement la même lame, il vous suffit de dévisser l’hélice de l’ancien pour la fixer sur le nouveau et votre appareil sera de nouveau en état fonctionnel.

D’après les licences propriétaires – Vous ne pouvez pas ouvrir, décortiquer et arranger votre appareil (Vous ne pouvez pas avoir accès au code source, ni le droit de le modifier).

Pas convaincu ? Autre exemple :

Cette fois on cible le « Lecteur Windows Media » qui ne veut pas lire une de vos musiques. Il annonce généralement : « impossible de lire ce type de fichier ».

Un exemple serait que vous achetiez une chaine hifi pour 600 €. Vous achetez aussi un CD de Jazz à 25 € pour écouter tout ça au coin du feu.

La chaine hifi fait tourner le CD mais aucun son ne sort. Pourquoi ? Car la chaine hifi est programmée pour ne lire que des musiques de style Techno.

Vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez avec ce que vous achetez. Pourtant eux ne font ils pas ce qu’ils veulent avec notre argent ? Et mon argent n’a t il pas servi d’échange pour moi acquérir ces objets ?

L’opposition et le libre

La suite logique des évènements s’est donc rapidement enchaînée. Internet n’est pas un endroit où les politiciens sont réellement les leaders, donc le peuple a réussi à imposer quelques idées ainsi des communautés se sont formées autour de la liberté.

Faute d’en avoir dans la vie réelle, des idéalistes se sont transformés en programmeurs et grâce à eux nous pouvons aujourd’hui partager des logiciels libres.

De cette manière, peu importe le type de fichier que vous allez télécharger il existera une solution adaptée. Mais l’esprit capitaliste qui régit ce monde nous mène la vie dure et des aberrations persistes.

Donc des juristes, des avocats et des personnes biens informées sont parties se battre contre les gros lobbys.

La quadrature du net ( https://www.laquadrature.net/ ) – est un exemple flagrant

Et nous leur devons pas mal de lois qui sont malheureusement assez peu connues du grand public.

Depuis quelques années, il est strictement interdit en EUROPE de vendre un ordinateur avec un système d’exploitation pré-installé et vendu avec la machine.

Quand vous irez au magasin prévenez que vous souhaitez acquérir une machine mais que vous refusez de payer Windows 10. Je l’ai fais. J’ai dû faire 3 magasins avant d’avoir une réponse positive. Et encore, ils m’ont juste « offert » Windows et ont diminué le prix de mon PC.

Autre exemple :

Microsoft a perdu un combat il y a quelques années (oui encore eux, mais ils font chier tout le monde). Une fois que vous aviez installé Windows, Internet Explorer était le navigateur par défaut et déjà installé dans l’ordinateur. Cette manipulation a été perçue par le conseil Européen comme une tentative de conserver le monopole commercial. Depuis, c’est devenu interdit, donc théoriquement, quand on démarre Windows pour la première fois, il doit vous demander de choisir un navigateur (Edge/Firefox/Chrome).

Les alternatives

Il existe un nombre conséquent d’alternatives. Je vais vous laisser chercher par vous-même.

Duckduckgo en moteur de recherche plutôt que Google. (Ne retient aucune information concernant votre vie privée)

Pas convaincu par ce mignon canard ? Essayez Ecosia – Moteur de recherche qui reverse depuis plusieurs années 80% de leurs bénéfices pour l’environnement. Leurs serveurs sont entièrement sans émission de Co2. (Conserve vos données durant une semaine selon un communiqué de presse).


Firefox comme navigateur plutôt que Google Chrome.

Framasoft peut remplacer les outils de Google.

OpenOffice plutôt que Microsoft Office avec 99% de similitude.

LibreOffice joue dans le même registre (Davy merci pour le rappel)

Pour ceux qui veulent franchir le pas essayez Ubuntu plutôt que Windows.

Discord pour rester en contact avec les potes plutôt que Facebook.

Protonmail au lieu de Gmail

Virez Outlook pour Thunderbird

Gimp pourrait remplacer Photoshop auprès des amateurs. Mais n’espérez pas en tirer autant de satisfaction. Il n’est pas aussi avancé.

Photopea serait à tester à un niveau plus avancé que le mien. (Merci à Davy pour l’info)

Le traitement photo peut être remplacé par Darktable plutôt que de continuer d’utiliser Adobe Lightroom (merci Joffrey pour l’info)

VLC est un incontournable pour la lecture de multimédia

Pour décompresser vos fichiers .rar .zip utilisez 7-ZIP

Pour vous laisser partir en roue libre voici quelques liens avec pas mal de logiciels libres :

https://www.lelogicielgratuit.com/

https://pack-logiciels-libres.fr/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_logiciels_libres

https://framalibre.org/

Article écrit en écoutant – Beethoven – Symphony No.9 – Movement Four
Dnl5

6 Replies to “Les logiciels libres”

  1. Entièrement d’accord avec tout ce que tu dis (en même temps, c’est toi qui m’as appris beaucoup !). Pour les alternatives, tu peux également citer LibreOffice (que je trouve encore plus ressemblant à MOffice) et Photopea (qui ressemble énormément à Photoshop, gratuit et hébergé sur un site). Tu peux aussi citer Ecosia comme moteur de recherche, qui s’engage à planter des arbres grâce au financement reçu.

    1. Hi,

      LibreOffice certainement. Je ne voulais en citer qu’un seul afin de ne pas avoir un article bibliothèque, mais tu fais bien de le préciser. Les gens verront le commentaire.

      Pour ce qui est de Photopea, je vais aller jeter un oeil je ne connais pas.

      Et Ecosia pour l’avoir utilisé durant un mois pour une phase de test j’en suis revenu rapidement pour plusieurs raisons :

      – Bing me dérange vraiment
      – Les résultats ne me semblaient pas satisfaisant
      – Leur politique sur les données privées reste mielleuse en prenant comme excuse leur bataille pour les arbres. Et comme j’aime à le répéter l’enfer est pavé de bonnes intentions.

      Je ne leur jette pas la pierre et c’est même bien que certains puissent apprécier jouer avec Ecosia plutôt qu’avec google.

      Mais voilà ce qu’on peut en sortir :

      « Ecosia ne partage les résultats des recherches qu’avec Bing, à moins d’en faire expressément la demande. Le moteur fait l’impasse sur Google Analytics, préférant passer par son propre logiciel d’analyse du trafic développé et hébergé en interne. L’ensemble des données recueillies est anonymisé et n’est pas stocké plus d’une semaine. C’est déjà mieux que ce que propose Google, même si on reste en-dessous de ce qui se fait chez Qwant.

      Globalement, Ecosia ne vise pas l’anonymisation absolue. Utiliser ce moteur de recherche, c’est accepter de laisser certaines données importantes dans ses mains. Les créateurs ne s’en cachent pas, comme on peut le voir dans le paragraphe suivant tiré de leur politique de confidentialité :

      « Ecosia est un moteur de recherche soucieux du respect de la vie privée de ses utilisateurs. Nous prenons très au sérieux la protection de tes données personnelles.

      Notre mission première reste cependant de permettre à chaque internaute de contribuer au financement de programmes de reforestation tout en surfant sur le web. C’est d’ailleurs ce qui rend Ecosia unique. Nous ne pouvons pas avoir les mêmes exigences en matière de confidentialité que les moteurs de recherche qui ont fait du respect de la vie privée leur principal cheval de bataille. »

      Après à choisir dans un monde virtuel encore plus fermé, j’opte pour Ecosia plutôt que Google 😉

      Mais j’ai le choix alors : Duckduckgo > Qwant > Ecosia

      Et puis le canard. Entre nous, il est tout mignon non ?

  2. Intéressant. Même si je ne passerai pas totalement aux logiciels libres (par exemple, Gimp ou OpenOffice pour une qualité professionnelle, ça ne va pas) c’est une tendance à suivre avec intérêt. J’attends la suite pipe au bec et chat sur les genoux.

    1. Hello. En ce qui concerne Gimp, un autre lecteur me fait la remarque et je vais adapter car pour avoir testé, j’avoue honnête que PS est bien loin devant pour le pro.

      Par contre, pour la suite OpenOffice, c’est du qualité 99% similaire et on peut en faire exactement les mêmes sorties pro que pour la suite de microsoft. Je l’utilise depuis qu’il existe.

      Mes études, TFE, travaux, documents administratifs, dossiers, et tout ça en privé et milieu pro.

      Après il faut voir quelle option risque de te poser soucis, je ne suis pas « puriste » et « ennuyeux » au point de forcer la main. J’essaye de prendre en compte les expériences de chacun pour améliorer mon opinion, les articles et mes retours sur les divers sujets. Bien à toi.

      1. Pour photoshop il y a une chose importante qu’il faut aussi comprendre, mais qui reste uniquement destiné au monde pro, c’est la licence d’utilisation des différents nuanciers intégrés (Pantone/Trumatch /Toyo). Par exemple Adobe paie une licence à Pantone, je ne connais pas le prix de la transaction, mais c’est sûrement pas donné.

        Ainsi je ne pense pas que Gimp puisse se permettre de l’intégrer. C’est une des raisons principale à mon avis que Gimp ne percera jamais dans le milieu pro.

        Par contre, il reste très bien pour le grand public pour celui qui veut se mettre à photo.

  3. Tout est dit, pur vérité, enlever les œillères que nous portons depuis trop longtemps pour favoriser un contrôle et une main mise purement commerciale.. total support pour ton site !!!