Test de Assassin’s creed Valhalla

Test de Assassin’s creed Valhalla

Présentation rapide

ASV est repris comme un jeu d’action-aventure & RPG. Développé par Ubisoft Montréal, comme la plupart des titres de cette série ( – si pas, c’est la même équipe sous l’égide de Ubisoft Québec – ).

L’histoire du jeu est assez intéressante quand on sait qu’Ubisoft voulait créer un remake de Prince of Persia et que finalement d’idée en d’idée le germe du premier AS était présent.

Nous incarnons dans ASV, Layla, qui est dans l’animus afin de découvrir des secrets anciens datant de l’ère des vikings. Elle prendra ainsi place dans le corps d’Eivor dans une époque charnière où les nordiques déferlèrent sur l’Angleterre en quête de nouveaux territoires.

Nous prendrons donc la mer en compagnie d’une petite communauté prête à nous suivre sous les ordres de notre Jarl Sigurd – « Notre frère » –

Graphisme 7/10

Le moteur graphique du jeu n’est pas énoncé sur wiki et je n’ai pas cherché à savoir lequel était utilisé mais je pense honnêtement qu’il s’agit du même que AS Odyssey.

Sachant que le dev. Du jeu a débuté après Origin’s quand Ubisoft Québec était sur le Odyssey.

L’on constatera que le copier-coller se fait bien payer chez Ubi étant donné que l’héroïne Alexandra de Odyssey ressemble comme à deux gouttes d’eau à Rendva, la femme de notre frère Sigurd. (J’ai peut être écorché des prénoms dans la mêlée).


Ne vous attendez donc pas à être émerveillé par de nouvelles prouesses graphiques.

Les paysages sont très beaux et la découverte vaut réellement la peine quand vous serez en Norvège. Les fjords, l’eau glaciale, les icebergs, les aurores boréales, le paysage gelé.

En Angleterre, par contre c’est une autre paire de manches. C’est un paysage qui court sur une grandeur équivalente à celle de Odyssey. Mais l’Angleterre étant très rurale, c’est systématiquement de verts pâturages, des routes pavées par les Romains, un énorme trop plein de ruines romaines omniprésentes (historiquement c’est juste trop de présence
Romaine).


Vous risquez de vous lasser rapidement de ce paysage identique en toute part de la carte.

Mais il m’est interdit de retirer des points là dessus étant donné que, le jeu est beau, le rendu n’est vraiment pas mal. Il est indispensable de noter que Ubisoft veut toujours rester « très historique » donc une Angleterre rurale reste logique dans le fond …


Je peux critiquer la personnalisation du drakkar mais ce serait tirer sur l’ambulance, alors je vous laisse découvrir qu’il n’est en réalité possible que d’adapter quelques skins lootables pour changer : La voile, les boucliers, la poupe, la proue, le dessin de la coque.


Vous allez me dire « Oui on peut tout personnaliser en fait pourquoi tu râles ? », parce que la définition de personnaliser n’est pas : « Choisir une option entre 4 ».

La personnalisation c’est la création d’un SIMS. C’est la création d’une équipe de football dans PES ou FIFA. Aucun effort n’aura été mis en place pour renouveler les skins par contre, pour ceux qui auront visité la Grèce Antique retrouveront les mêmes design quant aux ruines, à certains persos et aux navires.

Maniabilité 5/10

Quoi ? Je suis méchant avec ma note ? Bhin retournes te toucher sur les tests sponsorisés
par Ubisoft alors, car ici il n’y a aucun droit de regard.

Je t’explique pourquoi je tranche dans le lard à même la bête. (J’espère que ça veut dire quelque chose).

On ne peut s’empêcher de faire des parallèles entre des jeux qui se ressemblent et comme Odyssey fait partie de la famille il est de bonne guerre de comparer les deux titres. Vous m’excuserez donc d’insister avec les Grecs quand je devais vous parler Vikings.


Là où nous avons toujours connu un assassin assez léger à manier, vous remarquerez sans nul doute que Eivor est « balourd », un peu comme si vous passiez de Spiderman à Batman.

Cette sensation de lenteur est réellement prévue et notée par les dev. puisqu’Ubisoft a déclaré : « Eivor est avant tout un guerrier Viking qui va apprendre les techniques d’assassinat. Par conséquent, il a déjà acquis sa force, son agilité et ses talents au combat.


Il n’apprendra que quelques techniques propres aux assassins » (Je paraphrase mais c’était une annonce de ce genre.)

Donc ils sont heureux. Grand bien leur fasse. Sauf que, c’est bien relou. Lors de certaines phase de parkour on se demande à quel moment Eivor manquera d’élan avant de se torcher … Oui ça va jusque là … Enfin c’est mon ressenti.


Les combats sont assez fluides mais nous sommes encore et toujours devant des IA qui attendent leur tour nous attaquer. Comme dans les mauvais films d’action des années ’80.

Les drakkars n’ont à mes yeux aucun intérêt et ne sont présents que par héritage de Odyssey. En Grèce, dans un méli-mélo d’îles de péninsule et de rochers sur des hautsfonds il y avait un intérêt considérable à avoir son propre navire personnalisable alors qu’ici nous trouverons son intérêt en Norvège afin de passer de fjord en fjord (utilité réelle : 1 heure sur toute une partie).

Passer de Norvège en Angleterre mais c’est scripté et pas de scène donc on quitte l’équipage quand on s’éloigne de la côte, on reprend l’équipage quand on voit la côte Anglaise au loin.


Naviguer en Angleterre restera une option que vous n’emprunterez jamais sauf si vous avez une patience à toute épreuve.

Tout d’abord les voies navigables sont étroites pour passer à 1 drakkar voir 3 pour les passages plus larges. Aucun autre navire n’est présent en Angleterre.

(De menues embarcations sans pnj sont présentes voir des pnj qui sautent à l’eau quand vous approchez).


Le temps de marquer un arrêt – Sonner votre cor pour appeler le drakkar – Traverser 15m à la nage – Monter sur le drakkar – Passer aux commandes – Se mettre en route dans la bonne direction – Réussir à prendre des virages à moins de 90° sans se manger les rives – Ne pas savoir lever la voile car un pont est à proximité – Lever la voile pour 1 minute.

Tout ce joyeux bordel pendant que les bourrins de rameurs chantent mollement, se taisent car ils sont buggés, où vous racontent des histoires que vous n’entendrez jamais en entier vu qu’il fallait parcourir 1km et que ça a pris 20 secondes.


Tout ça pour dire : Le drakkar en Anglette intra-muros : Non.


Certaines phases du jeu vous passeront en mode assaut de forteresse. Rien ne change sauf que le combat est scripté.

En d’autres termes : Vous jouez votre Eivor, l’IA contrôle votre équipe et foncera droit devant face à l’équipe adverse. Vous aurez des objectifs pour avancer.


Il est intéressant de noter que certains objectifs comme « Briser la barricade » peut être accompli par les pnj si vous restez au milieu du champs de bataille à tuer les pnj par sadisme (ouais c’est marrant 5 minutes vu que c’est du one shoot, mais on gagne rien donc on abandonne vite pour rush les objectifs).


Vous l’aurez deviné au bout du second assaut scripté – Assaut qui sont TOUS scriptes de la même manières et qui sont donc tous identiques – Je tapais la course aux objectifs en esquivant tout les ennemis (temps moyen d’un assaut ? 3 minutes).

J’ai placé cette partie dans la maniabilité, car vous aurez de temps en temps à prendre en charge des béliers pour enfoncer des portes. Ce système est bien pensé. C’est du QTE vite fait, mais ca évite que les pnj ne fassent de la merde.

Durée de vie 8/10

Tout va dépendre de vous, c’est un open world, je le répète en passant. Si vous allez chercher le full succès / platine pour les PS4 (ce que j’ai fais), vous allez taper dans un bon 80 à 150h.


Cela va dépendre de plusieurs choses : Lisez vous tout ce que vous trouvez ? Ecoutez vous tout les dialogues ? Est ce que vous jouer furtif et infiltration, ou est ce que vous tapez scandale au moindre hérisson ?

En prenant bien mon temps, en lisant tout et écoutant les dialogues, platiner le jeu et donc visiter TOUT les points d’intérêt (c’est ce qui prend le plus de temps), j’ai tablé sur 130h.

En rush le scénario principal doit avoir une durée de 15h voir un peu moins.

Mais encore une fois comment le rushez vous ? En infiltration pour tout esquiver ? En boudinant pour nettoyer sur votre passage ?

Bon pas de raison de s’attarder ici, on trouvera notre bonheur pour un AS ce sont les temps moyens souvent prévus.

Plus long cela aurait été ennuyant, plus court on serait peut être resté sur notre faim.

Musique 8/10

Alors ici c’est vraiment bien joué de la part de Ubisoft, ils sont parti chercher Einar Selvik du groupe Wardruna, qui est aussi intervenu musicalement dans la série Viking.

Cet artiste tente de replonger les auditeurs dans l’époque viking via la musique et les sons qu’il peut tirer de divers éléments naturels.

Je ne vais dire que les musiques sont inoubliables et marquantes, mais un son qui est très prenant est celui qui se déclenche quand on entre en « pillage ».


On peut sentir une montée en puissance, une envie de tout détruire sur notre passage.

C’est aussi une des raisons qui poussent les joueurs à foncer et à renoncer à l’infiltration qui est le maître mot des assassins … (d’où une critique des plus puristes disant que ASV se veut trop bourrin).

Scénario 4/10

Aucune déception pour le scénario, vous achetez un titre Ubisoft vous savez ce que vous payez. Ce n’est ni le scénario, ni le multi intéressant.

Dans cet opus, le scénario est renvoyé au second plan par une mise en situation tactique complètement pourrie.


Je m’explique … Vous jouez Eivor qui quitte la Norvège pour arriver en Angleterre.

Là, vous allez avoir une carte de guerre sur une table, ce sera à vous de cliquer sur la zone que vous souhaitez rejoindre pour attaquer.


Un pnj vous débrif sur la mission qui vous attend – Mission qui n’aura rien à avoir avec le scénario principal exception faites de 3/4 régions – Les autres régions c’est du remplissage.


Si on nous avait dit « Bon va dans cette zone, plante trois salades, saute à pieds joints sur la flaque à côté de la statue de l’empereur Anthonin et reviens » ce serait la même chose.


Pour vous donner une idée de la mauvaise gestion du scénario et de cette misérable mise en place.

Sur le forum de JVC > Assassin Creed Valhalla – Il existe plus d’un sujet qui revient systématiquement et c’est toujours en rapport avec cette daube : « Où est la quête principale ? » « Comment suivre uniquement la trame principale ? » « La trame principaleplz »


Les Zélotes et l’ordre en général est complètement désuet et vide d’intérêt.

Le charisme de ces personnages frôleront le zéro absolu. J’ai juste eu un coup de cœur pour un de ces membres qui est une tarée complète.
Sigurd se veut être énigmatique et sombre. Mais sa tronche raconte juste qu’il a mal dormi.

Et si vous souhaitez discuter de la fin, il faut savoir une information que je n’ai connue qu’en parcourant les forums.

Il semble que bons nombres de joueurs ont fini le jeu sans finir les points d’intérêts nommés « Faille d’Animus ».

Sans finir les failles, Layla et son équipe ne reçoivent aucune information particulière. Arrivé à la fin vous ne saurez pas ce qui se passe réellement, vous n’aurez pas connaissance des personnages qui apparaitront et vous ne comprendrez RIEN.


Si vous torchez les 10 failles d’Animus, vous pourrez sortir de l’Animus et regarder 10 fragments de vidéos interceptés.

Suite à celui, la fin du jeu sera nette et toutes les pièces du puzzle seront assemblées.

Si c’est un pied de nez de Ubisoft aux joueurs qui rush la trame principale, c’est bien foutu et bien réussi.

Si ce n’est pas fait exprès de leur part, ce sont de gros brailleurs qui ont fait le taf à moitié.

J’ai eu de la chance de tout clean avant de finir le jeu pour le coup.

Note générale 5/10 – Explications + Avis personnel (Oui encore)

N’en déplaisent aux nombreux critiques journalistiques hautement qualifiés qui ont sorti ces chiffres et qui sont sponsoriés et payés pour être jontil :

Je remarque qu’en réalité je suis aligné avec Game Revolution que je ne connais pas.

By Dnl5